Présentation de la liste Ecolo Charleroi – Une équipe forte, renouvelée, pour un score à deux chiffres, et deux élus.

Publié le dimanche 23 février 2014

Introduction – Présentation générale de la liste

Comme depuis de nombreuses années, Ecolo entend répondre aux nombreux défis qui se posent aux gens. Actuellement, nous sommes au pouvoir, en Wallonie et à la Fédération Wallonie-Bruxelles, et le sens des responsabilités ne modifie pas notre approche : notre engagement se traduit toujours par des propositions innovantes avec pour objectif de traduire concrètement la transition de l’économie, de répondre aux préoccupations des citoyens et de dessiner un horizon pour notre qualité de vie en société. Ce sont là les bases du « contrat » que nous passons avec la population, à chaque élection mais aussi dans nos actes politiques au quotidien.

Notre différence : notre but n’est pas la participation au pouvoir pour le pouvoir mais bien de participer au pouvoir pour pouvoir… agir. En cela, et étant un parti de solution, notre ADN est différent d’autres partis qui occupent le pouvoir depuis de nombreuses années sans trop se poser de questions sur les projets novateurs qu’ils veulent mettre en place. Avec Ecolo les citoyens n’achètent pas un chat dans un sac. Au sein de l’olivier, à la Région Wallonne comme à la Fédération Wallonie-Bruxelles, les discussions sont parfois rudes mais de très nombreuses décisions sont prises pour faire entrer nos régions dans le 21e siècle

La liste que nous proposons sur l’arrondissement démontre notre ancrage local : les figures de cette liste sont actives au sein de leur commune, ces personnalités connaissent les réalités – les difficultés sommes-nous tentés de dire - et tout particulièrement les impacts des décisions fédérales à ce niveau le plus proche du citoyen. Ecolo a le sens du collectif : nos élus locaux gardent le contact avec nos mandataires au sein des autres niveaux de pouvoir, nous organisons la concertation sans nécessité de cumul tout en gardant prise avec les réels des citoyens.

Parmi nos valeurs écologistes, l’émancipation et la participation citoyennes demeurent l’une de nos marques de fabrique : la constitution de cette liste pour l’arrondissement de Charleroi a encore été l’occasion de le prouver puisque ce sont nos militants qui ont désigné nos candidates et nos candidats. Nos militants ont largement (84%) plébiscité nos deux députés sortants, Isabelle Meerhaeghe et Xavier Desgain, pour emmener en duo la liste régionale. Notre objectif électoral est donc clair : un score à deux chiffres pour deux sièges au parlement wallon.

Vous le constaterez lors de cette présentation, nos militants ont également souhaité que nos élus locaux, dont certains aux responsabilités exécutives, se trouvent en bonne place pour mener cette campagne afin de marquer l’enjeu des répercussions prises aux étages « supérieurs » sur le niveau de pouvoir au plus proche des citoyens. La liste se compose également de militants dynamiques, aux profils variés, sensibles à une diversité de matières parmi les compétences étendues de la Région et de la Fédération. Signe de l’élargissement de nos ressources, et du dynamisme au sein du parti sur l’arrondissement, de nouveaux visages émergent et la moyenne d’âge de la liste est assez jeune puisqu’elle approche les 41 ans. Toutes et tous ont à cœur de défendre une justice sociale et environnementale accrue dans un arrondissement qui en a bien besoin.

Enfin, la réflexion sur cette équipe représentant visiblement Ecolo aux électeurs se complètera d’ici le dépôt officiel de la liste : nous avons fait le choix de garder trois places suppléantes libres pour notamment des candidats d’ouverture. Des contacts sont en cours. Au-delà de la liste, nos militants mais aussi nos sympathisants assureront sur le terrain un travail de conviction, de rencontre et d’écoute, en espérant convaincre de notre ambition pour notre région.

Nous allons faire le tour des candidats présents.

Présentation des candidats

Présentation des candidats sur la liste régionale

1re place effective – Isabelle Meerhaeghe – 47 ans - Charleroi

Ancienne journaliste, Isabelle est députée régionale et communautaire. Elle souhaite prolonger le travail en équipe, continuer à défendre un projet collectif et poursuivre son engagement personnel sur des matières essentielles pour notre région et ses habitants : le logement accessible et décent, l’énergie durable et moins chère, l’emploi et la formation, l’économie redéployée et localisée, l’environnement et la qualité de vie, la culture et le lien social.

2e place effectif – Xavier Desgain – 53 ans - Charleroi

Ingénieur agronome, Xavier est conseiller communal à Charleroi mais aussi député régional et communautaire. Ses matières sont l’Energie, l’Aménagement du territoire, la Mobilité, l’Environnement et les Déchets. Il souhaite poursuivre le travail parlementaire et orienter davantage son action politique vers la transition de l’économie et les zones urbaines en difficulté.

3e place effective – Laurence Hennuy – 43 ans - Fleurus

Laurence est conseillère communale à Fleurus et secrétaire régionale de Charleroi. Economiste de formation, elle travaille comme secrétaire de cabinet chez Philippe Henry. Elle a co-fondé l’asbl Groupe One, active dans l’entreprenariat durable.

4e place effective – Vincent Debruyne – 36 ans - Gerpinnes

Ancien journaliste à Charleroi, Vincent a acquis une expérience politique au niveau wallon en exerçant les fonctions d’assistant parlementaire mais aussi de conseiller au sein du cabinet du vice-président wallon. Il est aujourd’hui employé au sein du parti Ecolo en tant que secrétaire politique d’Ecolo Hainaut. En 2012, il a été élu conseiller communal à Gerpinnes.

5e place effective – Anne-Sophie Deffense – 35 ans - Charleroi

Avocate et maman d’un jeune enfant, Anne-Sophie est active dans la locale Ecolo de Charleroi. Hormis la politique, ses centres d’intérêts sont le piano, le sport et ses amis.

6e place effective – Pierre-Philippe Dardenne – 31 ans - Charleroi

Chargé de clientèle dans une Compagnie d’Assurances, Pierre-Philippe s’est engagé dès l’adolescence dans le mouvement ECOLO tout en poursuivant son engagement dans les mouvements de Jeunesses. Il est intéressé par les fonctions de cohésion sociale de ces groupements. Actuellement, il est Secrétaire Régional et Trésorier d’EcoloJ.

7e place effective – Geneviève Desmedt – 34 ans – Pont-à-Celloise

Pont-à-Celloise depuis quelques années, Geneviève est infirmière dans un Service de Promotion de la Santé à l’Ecole de la région bruxelloise. Pendant ses temps libres, elle aime notamment pratiquer le yoga et partir en marche Adeps avec son chien.

8e place effective – Ruddy Chapelle – 56 ans - Fleurus

Conseiller communal à Fleurus, Ruddy est actif dans sa commune. Il est sensible aux statuts des indépendants et des commerçants mais également aux personnes handicapées. Ancien chef d’unité, la question des impacts de l’IRE sur la santé est un combat important pour lui.

9e place effective – Christophe Clersy – 37 ans - Courcelles

Ancien secrétaire politique d’Ecolo Hainaut, Christophe est devenu président du CPAS de Courcelles depuis les élections de 2012. Il est également échevin, entre autres, de la Participation citoyenne, des Affaires sociales et solidarité, de l’Economie, de l’Emploi, de l’Energie et de la Petite Enfance. Il est attiré par les matières socio-économiques.

1re place suppléant – Robert Wathelet – 40 ans – Chapelle-lez-Herlaimont

Conseiller communal à Chapelle-lez-Herlaimont, Robert est responsable du service social au sein d’un CPAS et s’intéresse aux problématiques du logement et des titres-services. Il est également amateur de danse de salon.

2e place suppléante – Zaïna Ihirrou – 31 ans - Châtelet

Zaina travaille depuis plus d’une dizaine d’années au sein de l’intercommunale de gestion des déchets. D’abord active dans les milieux associatifs et syndicaux, elle est depuis 2012 Conseillère communale à Châtelet.

3e place suppléante – François Lefèvre – 24 ans - Charleroi

Instituteur primaire, François est également co-président du groupe Ecolo J de l’arrondissement de Charleroi et secrétaire administratif de la locale de Charleroi. Il a été conseiller communal jeune de Charleroi entre 2005 et 2007. Pour lui, Ecolo n’est pas seulement le parti qui défend la nature. C’est surtout un parti qui défend une politique novatrice une vie meilleure pour tous.

4e place suppléante – Evelyne Petit – 53 ans - Charleroi

En recherche d’emploi, Evelyne est secrétaire de la locale Ecolo de Charleroi et y est investie dans le groupe Femmes. Elle est également membre du comité d’attribution de la Sambrienne. Elle s’intéresse à ce qui se passe dans la région et demeure à l’écoute des débats de société notamment en participant régulièrement à des conférences et des colloques.

5e place suppléante – Henri Mégali – 55 ans – Les-Bons-Villers

Conseiller communal à Les-Bons-Villers, Henri est directeur d’un service d’accueil de jour pour personnes handicapées mentales adultes dans la région de Charleroi. Il est dès lors extrêmement concerné par ces matières liées à la meilleure insertion de chacun dans notre société.

6e place suppléante – Anne-Gaëlle Hubert – 37 ans - Courcelles

Psychologue au sein d’un Service de Santé Mentale à Marchienne-Docherie, Anne-Gaëlle est également co-fondatrice d’un groupe d’achat local (le Cougarou), membre actif du CarouSel (Service d’Echange Local de la région de Charleroi) et co-secrétaire de la locale Ecolo de Courcelles. Elle est aussi passionnée de cuisine et pratique le théâtre en amateur dans une troupe carolo.

Présentation des candidats carolos sur la liste Chambre

1re place effective – Jean-Marc Nollet – 44 ans – Fontaine-L’Evèque

Volleyeur depuis 30 ans, Jean-Marc est vice-président et ministre du Développement durable, du Logement, de l’Energie, de la Recherche et des Infrastructures de la Région Wallonne ainsi que ministre de la Fonction publique, de l’Enfance, de la Recherche, des Bâtiments scolaires et des implantations pour la Fédération Wallonie-Bruxelles.

4e place effective – Julie Crucke – 28 ans - Courcelles

Licenciée en sciences politiques, Julie est conseillère provinciale depuis 2012. Dans le cadre de ce mandat, elle suit plus particulièrement les matières « affaires sociales ».

9e place effective – Luc Parmentier – 52 ans – Charleroi

Luc est Conseiller Communal à Charleroi depuis l’an 2000, chef de l’opposition ECOLO face à une majorité PS-CDH-MR. « Pharmacien de Quartier » à Charleroi-Centre pendant plus de 20 ans, il a bifurqué vers l’administration fédérale en tant que Pharmacien-Inspecteur à l’INAMI.

11e place effective – Janvier Tiati à Biscene – 51 ans - Charleroi

Formateur de métier, Janvier est sensible aux questions sportives et de diversité culturelle.

15e place effective – Julien Lechat – 28 ans – Charleroi

Attaché parlementaire, Julien est le secrétaire politique de la locale Ecolo de Charleroi. Actif depuis de nombreuses années au sein d’Ecolo, il est plus particulièrement attentif aux thématiques économiques et environnementales. Il est aussi l’administrateur Ecolo au sein de La Sambrienne.

Axes de campagne

Rénovation énergétique des logements

Aussi, vous savez qu’il essentiel pour Ecolo de faire sens au débat politique et cette présentation ne pouvait avoir lieu selon nous sans vous présenter l’une ou l’autre de nos priorités. Nous ne serons pas exhaustifs à ce stade : un travail participatif sur nos priorités viendra d’ailleurs inspirer la campagne sur Charleroi. Nous aurons sans doute l’occasion d’en reparler.

Mais il nous semblait intéressant de relever deux thématiques.

A Charleroi plus qu’ailleurs, nous avons conscience de la cohérence nécessaire à l’action politique. Les dernières fermetures ou restructurations massives (Duferco/ Carsid, Caterpillar), la lourdeur des charges énergétiques et de transports, en bref : la précarisation accrue d’une part de plus en plus large de la population, nous révolte et enracine notre combat. De plus en plus de familles vivent aujourd’hui, dans notre région, sous le seuil de pauvreté (une personne sur cinq, dont de très nombreuses femmes et enfants), de plus en plus de personnes ont des difficultés et ce, même dans la classe moyenne. En clair, peu de citoyens ne ressentent pas les effets de la crise mais aussi des décisions prises au niveau fédéral.

Nous tenons à une campagne qui puisse ramener le débat sur les préoccupations de chacun : l’emploi et son corolaire la formation, les pensions et la sécurité sociale, le logement et la facture énergétique, la qualité de l’environnement en ce compris alimentaire et ses impacts sur la santé.

Les filets de secours de notre système belge sont sur le point de lâcher. Le gouvernement fédéral s’est déjà attaqué à plusieurs d’entre eux et chacun, malheureusement, pourra très bientôt, sans chichis, en prendre la mesure… même si l’effet papillon se double d’un effet retard. Sans correction, les impacts des mesures fédérales d’austérité prendront toute leur ampleur dès le 1er janvier 2015.

Nous soulignerons ici principalement l’effet dévastateur dans notre arrondissement des décisions relatives à la dégressivité des allocations de chômage et l’exclusion en fin de droit, qui reportera sur les communes pauvres et les citoyens les plus fragiles toute la charge des politiques fédérales d’austérité. Dans un arrondissement où la moyenne atteint 20.3% de la population concernée par ce fléau (alors que la moyenne est de 18,7% en Hainaut, 15,8% en Wallonie, et 10,6% en Belgique), les répercussions sont déjà concrètes. Plusieurs de nos communes et CPAS dont les finances sont déjà dans le rouge ne pourront pas amortir le choc tout comme les citoyens concernés. La cohésion sociale, la solidarité, demeure le meilleur élément pour préserver la sécurité de tous : sécurité d’existence pour les uns, sécurité des biens pour les autres.

A Charleroi, une vraie revitalisation - comme on en a déjà beaucoup parlé – n’existera que lorsque le niveau de vie global de la population se sera relevé. Autrement dit passer par la seule rénovation des façades du centre-ville est loin d’être suffisant, il faut avant tout se préoccuper de la population et nous réclamons dès lors d’urgence un plan Phénix du logement. Nous proposons notamment que les projets immobiliers privés d’une certaine ampleur soient assortis d’une contribution à la création de logements publics ou encore qu’une véritable politique « logements inoccupés » soient menée sur les territoires communaux afin de les remettre sur le marché locatif.

Parallèlement, l’emballement du coût de l’énergie frappe le portefeuille citoyens et les entreprises dans notre pays. Remplir sa citerne à mazout coûte en effet mille euros plus cher qu’il y a dix ans…

Pour répondre à ces constats et ces enjeux majeurs de ce début de siècle, Ecolo continuera à placer l’isolation des logements au cœur de ses priorités durant les deux prochaines législatures politiques. Concrètement, Ecolo entend que tous les logements wallons et bruxellois soient isolés d’ici 10 ans. Ce travail a commencé, principalement par la mise en place de l’Alliance Emploi Environnement. Nous devons passer à la vitesse supérieure dès le début de la prochaine législature. Et la priorité d’action devra être donnée aux populations les plus fragiles par des aides et un accompagnement technique et social accrus. L’isolation des logements est un enjeu transversal qui répond parfaitement aux urgences et défis sociaux, économiques et environnementaux que traverse notre pays.

En effet, permettre aux citoyens, qu’ils soient propriétaires ou locataires, d’avoir un logement bien isolé : - soulage la facture énergétique des ménages. A titre d’exemple, isoler sa toiture permet une économie minimum de 450 euros/an. Placer du double vitrage représente un gain structurel de 200 euros/an ; - mobilise de l’emploi dans le secteur de la construction. Rien qu’en Wallonie, 20 000 emplois ont été mobilisés grâce à la politique menée ces 5 dernières années dans le secteur de l’isolation des bâtiments d’après les chiffres de la Confédération de la Construction. Une partie importante de ces emplois sont des emplois peu qualifiés. Aucun n’est délocalisable ;

Assainissement des friches industrielles

L’activité industrielle du bassin carolorégien a été fortement secouée depuis le début de la crise. Une partie de la sidérurgie et une partie du secteur de fabrication mécanique et métallique pourtant à la pointe de la technologie ont été touchées de plein fouet, mettant à mal nombre de petites et moyennes entreprises de Wallonie. Heureusement, d’autres secteurs se portent mieux, voire bien, et voient l’avenir avec sérénité. Le soutien aux emplois industriels restants retient toute notre attention et la mise en place d’une politique de réindustrialisation est une priorité essentielle pour les écologistes, tant au niveau régional qu’au niveau européen.

Durant cette législature, la Wallonie a été très active pour soutenir cette réindustrialisation dans le bassin carolorégien et dans la zone industrielle de Manage-Seneffe-Feluy : lancement du sixième pôle de compétitivité Greenwin, large opération d’assainissement des friches industrielles, réalisation de la première étape de l’écopôle, dégagement des budgets publics et privés pour assainir la zone de Carsid, conception de la cité des métiers, développement d’activités dans les énergies renouvelables et les biotechnologies sont des éléments majeurs qui soutiennent cette nécessaire transition de notre économie et qui ont déjà permis de limiter les effets de la crise sur l’emploi.

La poursuite de l’assainissement des friches industrielles et leur remise à disposition majoritairement pour l’activité économique est une priorité. Il reste encore trop de friches industrielles et de terrains industriels sous utilisés qui affectent le redéveloppement économique de Charleroi. Les verreries de la discipline, la goudronnerie Robert, les sites des AMS, certains terrains des zonings de Manage-Seneffe-Feluy doivent être assainis au plus tôt et pour la plupart être remis à disposition des entreprises. Les friches de petite taille doivent aussi être traitées pour permettre l’implantation de PME dans le tissu urbain. D’autres sites doivent être rénovés pour redevenir plus attractifs pour nos entreprises, comme le technopôle Villette par exemple. Ecolo plaidera pour l’élaboration d’un plan général d’équipement de nouvelles zones d’activités économiques qui donne la priorité à la valorisation des friches industrielles du bassin de Charleroi en établissant un calendrier d’assainissement de ces friches et de leur remise à disposition pour de l’activité économique. Il est évident que certaines d’entre elles, mal situées pour les activités économiques, permettront de créer des espaces verts ou de nouveaux logements.

La transition de l’économie vers une économie plus durable doit être poursuivie et amplifiée. La poursuite de la croissance du pôle Grennwin, le développement des biotechnologies et des énergies renouvelables, le renforcement et l’intégration des principes de l’économie circulaire dans les activités industrielles de la région, l’anticipation des mutations dans le secteur des transports, l’élaboration de la cité des métiers sont autant de lignes de force de la politique régionale qui devront être amplifiées et concrétisées. Durant l’actuelle législature, nous avons jeté toutes les bases de l’écopôle de Farciennes, dont les travaux de réalisation des infrastructures sont bien engagés. Il reste maintenant à attirer les entreprises qui composeront l’écopôle et qui mettrons en application les principes de cette transition et de cette économie circulaire, tant par des actions de la Wallonie que par une animation économique proactive de l’intercommunale IGRETEC. Notre tissu économique dispose d’un potentiel considérable pour cela, et notre responsabilité politique est de réaliser pleinement ce potentiel et le traduire en création d’emplois durables pour tout le bassin de vie de la région de Charleroi. Les activités qui succéderont à Carsid, et les projets économiques sur les zones industrielles de Manage-Seneffe-Feluy devront aussi concrétiser ces principes.

Conclusion

C’est bien pour pouvoir apporter des solutions aux difficultés tant sociales qu’économiques et environnementales que nous avons pour objectif un résultat à deux chiffres et deux élus à temps plein sur l’arrondissement. Pour continuer notre action politique et amplifier les actions novatrices engagées par le gouvernement wallon durant cette mandature.